Chargement en cours

La maison urbaine de santé du Neuhof

Classé en Zone Urbaine Sensible (ZUS), le quartier du Neuhof – 90% de logements sociaux – est touché massivement par les difficultés sociales, et fait l’objet d’actions diversifiées en matière d’urbanisme et d’habitat, de développement des services à la population, de lutte contre les inégalités en matière de santé.

Fruit d’un partenariat entre les collectivités territoriales (ville, communauté urbaine, région) l’Etat, le bailleur social (CUS Habitat) et les professionnels de santé, le projet de maison urbaine de santé se situe au carrefour de ces politiques.

Il a également bénéficié d’une aide du FEDER.

Inaugurée en avril 2010, cet équipement héberge six médecins, trois infirmières, trois orthophonistes, cinq kinésithérapeutes et un laboratoire d'analyses médicales. Un  point accueil écoute jeunes, une coordinatrice pour les personnes âgées et une équipe de la microstructure (psychologue et assistante sociale pour les personnes ayant un problème d'addictions(s)) interviennent également ici toutes les semaines.

HIstorique

La maison de santé de Neuhof a ouvert ses portes le 8 mars 2010. La maison de santé est une association basée au 2a rue de Brantôme à Strasbourg.

 Le projet de maison de santé est né d’une double volonté des professionnels de santé de Neuhof :

  • Améliorer la qualité du service rendu à la population du quartier de Neuhof en matière de santé
  • Mettre en commun les préoccupations des professionnels de santé concernant l’accès aux soins et la qualité des soins fournis

 En effet, pour les professionnels de santé de Neuhof, améliorer la qualité des soins c’est aussi améliorer le fonctionnement du réseau autour du patient et pouvoir partager des informations concernant le patient dans le respect de la confidentialité.

Par ailleurs, parmi les professionnels de santé, ceux qui ont travaillé dans le quartier ont apprécié le contact avec ses habitants et partagent un attachement à la notion de service rendu à la population, la nécessité ou l’envie de sortir de l’exercice professionnel individuel, l’intérêt pour le travail en équipe et le respect pour le travail des uns et des autres. Pour ce faire, les professionnels de santé ont souhaité pouvoir avoir des locaux adaptés à leur fonctionnement, à savoir un regroupement géographique afin de réunir leurs compétences au service des patients.

Plusieurs professionnels de santé sont associés au projet : cinq médecins, deux infirmières, une orthophoniste, un kinésithérapeute, un laboratoire d’analyse médicale ainsi que le PAEJ  et la coordinatrice des personnes âgées.

Ce projet s’est également inscrit dans une histoire locale. Il y a plusieurs années, à la demande d’associations du quartier, a été créé au Neuhof, le cabinet médical « de la demi-lune ». Il existait déjà à l’époque une volonté d’ouvrir une maison médicale avec pour objectifs : le soin, la prévention et l’éducation à la santé, la formation, l’épidémiologie et la recherche. L’objectif était d’améliorer le service rendu à la population, en adoptant une démarche participative. Ce projet n’a jamais vu le jour mais a fortement marqué l’orientation du cabinet et l’engagement des médecins qui s’y sont succédés dans la vie sociale du quartier.

Aujourd’hui le projet s’est réalisé, même si c’est sous une forme quelque peu différente.

La maison de santé s’inscrit dans une mission d’intérêt général et d’utilité publique en adéquation avec la définition de la santé par l’OMS : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. »

Le projet de la maison de santé du Neuhof 

La maison de santé du Neuhof se donne pour objectif  de participer à  la réduction des inégalités sociales de santé. 

Les moyens :

Faciliter l’accès aux soins

  • Développer des partenariats interprofessionnels
  • Offrir un lieu de formation initiale et continue
  • Organiser des actions d’éducation à la santé
  • Promouvoir la recherche en soins primaires

Favoriser l’accès aux soins par :

  • L’accueil de populations précarisées dans un lieu digne de les recevoir
  • La proximité géographique
  • Des horaires d’ouverture larges
  • Une offre de soins variée dans un même lieu
  • La pratique très générale du tiers payant

Développer des partenariats interprofessionnels

  • La présence dans un même lieu de professionnels différents qui ont un objectif commun:
  • Permet une meilleure connaissance des uns et des autres et des compétences professionnelles  pour offrir des soins les plus adaptés à chaque personne
  • Améliore la qualité du travail en permettant de sortir de notre isolement professionnel
  • Le partenariat sera développé tant à l’intérieur de la maison de santé qu’ avec les autres partenaires du quartier, professionnels, services publics, associations , etc…

Offrir un lieu de formation initiale et continue

  • Formation initiale
  • L’Accueil des internes et externes de médecine générale, l’accueil d’étudiants des IFSI et d’autres…
  • Leur permettre de rencontrer des publics en situation de précarité et leur apprendre à les prendre en soins
  • Former conjointement des étudiants de différentes professions pour développer précocement des coopérations interprofessionnelles
  • Offrir la possibilité de rencontrer et de travailler avec différents professionnels de santé
  • Formation continue :
  • Les réunions interprofessionnelles à l’intérieur de la maison de santé participent à la formation continue de chacun en particulier.  

Promouvoir la recherche en soins primaires

La connaissance des pathologies et des difficultés spécifiques des populations précarisées est encore parcellaire. Notre présence sur le terrain, la présence des internes et étudiants, la collaboration d’un chef de clinique de médecine générale permettra de développer des recherches sur leurs difficultés spécifiques de santé.

Les projets d’éducation à la santé nécessitent d’être évalués et sont des supports appropriés au développement de recherches actions

Développer des actions d’éducation à la santé

L’association nous permet d’envisager d’organiser des actions d’éducation à la santé pour le  public du quartier :

  • Adaptées à leurs besoins
  • Eventuellement en  langue d’origine
  • En faisant appel à d’autres professionnels : diététicienne, pédicure, sage femmes, interprètes…